La nouvelle doyenne des Français est une religieuse

Sœur André cumule les records de longévité. Après être devenue cet été la religieuse la plus âgée du monde, elle est désormais la très officielle doyenne des Français depuis cet automne. Née le 11 février 1904, à Alès (Gard), Lucille Randon, succède à Honorine Rondello. Convertie en 1923, sœur André fait son catéchuménat au Cénacle de Paris, où elle reçoit le baptême et la communion. Après plus de 20 ans comme gouvernante et institutrice, notamment auprès de la famille Peugeot, à Versailles, elle rentre dans la Maison des Filles de la Charité, située rue du Bac, à Paris, en 1944. Elle fait alors son noviciat à rue du Bac, à Paris.

André, comme son frère

Elle choisit alors de s’appeler comme son frère, qui a travaillé durant près de trente ans à Vichy, dans un hôpital qui s’occupait d’orphelins et de personnes âgées, et qui l’a hébergé quand elle était jeune. « Je me rappelle la guerre de 1914 à laquelle ont participé mes deux frères. L’aîné, blessé à Verdun, fut recueilli par un camion de ravitaillement sur le champ de bataille, au milieu de milliers de morts. Je m’appelle sœur André, sans “e”, car mon frère s’appelait ainsi », explique-t-elle l’an dernier. En 1945, elle part en mission à l’hôpital de Vichy pour servir quarante orphelins et des personnes âgées, durant 28 ans.

Presque aveugle et clouée dans un fauteuil roulant, elle vit depuis 2009 dans une maison de retraite de Toulon (Var).  « J’ai beaucoup de chance d’être ici car je suis très entourée. Cela me rassure à mon âge. Tout le monde s’occupe bien de moi et je profite du ciel bleu. Être la doyenne des Français m’étonne beaucoup car je n’y pensais pas du tout », confie la religieuse au Parisien.

Une concurrente mahoraise

Mais une autre femme dispute à la sœur André le titre de doyenne des Français. Depuis la mi-octobre, certains estiment qu’une Mahoraise, Tava Colo est la Française la plus âgée. Née le 22 décembre 1902, elle serait donc venue au monde treize mois avant sœur André, et même six et sept mois avant Élisabeth Collot et Honorine Rondello, les précédentes doyennes des Français. Sauf que sa date de naissance n’est pas attestée. En effet, les communes n’ont été crées à Mayotte qu’en 1977. Avant cette date, la tradition orale dominait et les registres d’état civil étaient tenus par les cadis (juges musulmans). La retranscription d’un état civil « coutumier » vers un état civil de droit commun a souvent été compliqué. Ce sont donc des jugements supplétifs qui attestent des actes de naissance. Tava Colo n’apparaît ainsi sur aucune liste officielle répertoriant les super-centenaires.(Aleteia.org)

Revenir