Les saintes Reliques de la Basilique

Dans la crypte de la basilique, derrière une belle grille ouvragée, repose le grand reliquaire abritant le chef de Marie-Madeleine (son crâne). Les autres reliques de la sainte ont été dispersées au cours de l'histoire. Pour en savoir plus aller sur le site dédié à Marie Madeleine (cliquez ici).

 

files/Photos/crypte/entreedelacrypte.jpg

 

files/Photos/crypte/entreedelacrypte2.jpg

 

Quand Charles II retrouva les restes de Marie-Madeleine, il manquait la machoire inférieure. Le Pape Boniface VIII l'ayant trouvée dans les trésors du Latran, l'offrit à Charles II peu après son "invention" et l'on fit faire un somptueux reliquaire avec une couronne d'or et de pierreries. A la Révolution tous ces objets furent profanés et pillés. Le sacristain Bastide ramassa le crâne et des familles saint-maximoises divers ossements pour les mettre à l'abri jusqu'à la fin de la tourmente révolutionnaire.

 

Le chef-reliquaire actuel en bronze doré et émaux a été sculpté en 1860 par Didron suivant un dessin de l'architecte Henri Revoil sur la copie fidèle de l'ancien reliquaire. 

 

 

 

Une fois par an, lors des fêtes de Marie-Madeleine, ce reliquaire est sorti en procession et présenté dans le choeur de la basilique, à la vénération du public.

 

 

 files/Photos/Basilique/basiliquereliquaire copie.jpg

 

files/Photos/crypte/visagereliquaire.jpg

 

Etude antropologique de 1974 sur la relique du crâne (cliquez ici)

 

 Le 'Noli me tangere'

files/Photos/Marie-Madeleine/noli me tenere.jpg

 

 

Dans le grand reliquaire, sous le crâne, un petit tube de cristal contient la relique du "Noli me tangere", ("Ne me touche pas") cette petite parcelle de chair était adhérente au crâne, au-dessus de l'arcade sourciliaire gauche. Cette chair incorrompue a rapidement été identifiée comme l'endroit où le Christ a posé son doigt au matin de la Résurrection (ce tissu osseux s'est détachée en 1780, lors d'un inventaire).

 

 

 

Sur les deux cotés du 'Noli me tangere' sont enchassées des petites reliques de Lazare et de Marthe  

 

 

Autres reliques 

 

une mèche de cheveux de la sainte est aussi conservée précieusement à l'abri des regards dans la sacristie.

 

 

 

Reliques situées sous l'autel de la nef centrale

 

Dans une vitrine sous l'autel ont été mises des reliques de Ste Marie Madeleine, St Antoine, le bienheureux Abellon et St Hyacinthe de Cracovie

 

files/Photos/crypte/reliquairesouslautel.jpg

 

 

Relique de St Sidoine

 

Retrouvée par hasard en 2014 par le curé (P. Florian Racine), la relique du crâne de St Sidoine se trouve aujourd'hui dans ce reliquaire au fond de la nef Nord sur l'autel du Ronzen.

 

files/Photos/Saint Sidoine/reliquestsidoinecomprime.jpg

 

 

 

Découverte des reliques de St Sidoine (cliquez ici)

REDECOUVERTE DU CHEF DE SAINT SIDOINE, L’AVEUGLE-NÉ GUÉRI PAR JESUS 
DANS L’ÉVANGILE DE SAINT JEAN AU CHAPITRE IX

files/Photos/Redecouverte des reliques de Saint Sidoine/IMG_3655.jpg "Dans le cadre d’un rangement minutieux de la sacristie de la Basilique Sainte-Marie-Madeleine à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, je suis tombé sur une boite en zinc entièrement scellée. Après l’avoir ouverte, à ma stupéfaction, j’ai découvert des reliques de plusieurs saints qui y avaient été placées en 1905 par les prêtres de la Basilique.

 

La boite contient une relique importante de St Laurent, diacre et martyr, une relique de St Dominique dans un médaillon, une relique de St Maximin et surtout le chef de Saint Sidoine sans la mâchoire inférieure. Selon les archives connues, St Sidoine, l’aveugle-né guéri par Jésus dans l’évangile de St Jean au chapitre IX, faisait partie du bateau qui est arrivé au premier siècle de notre ère aux Saintes-Marie-de-la-Mer avec Marie-Madeleine, Marthe, Maximin et les autres amis de Jésus

 

Le diocèse d’Aix a vénéré Saint Maximin comme son premier évêque et Saint Sidoine comme son deuxième évêque. Ce dernier a été inhumé dans la crypte de la Basilique de Saint-Maximin vers l’an 80. Le sarcophage à droite en entrant est connu comme celui de saint Sidoine. Après la paix de Constantin, les restes de saint Sidoine ont été exhumés, puis placés dans ce beau sarcophage qui avait été réalisé à Rome et qui présente un bas-relief de la scène où Jésus guérit l’aveugle de naissance.

 

Ensuite, selon la tradition, comme l’indique le document de 710, devant l’arrivée des Sarrasins en Provence pillant et profanant les églises chrétiennes, les restes de Marie-Madeleine et de Sidoine ont été intervertis pour mieux protéger ceux de Marie-Madeleine en les plaçant dans le sarcophage plus sobre de Sidoine. Lorsque Charles II d’Anjou découvre en 1279 les sarcophages, il trouve toutes ces reliques. Celles de Marie-Madeleine seront mises à l’honneur dans la future basilique qu’il fera construire, tandis que le chef de saint Sidoine sera placé dans un grand reliquaire en argent déposé dans le placard des reliques de la Basilique. Le 23 août, fête de saint Sidoine, le reliquaire était exposé sur un autel pour être vénéré solennellement.

 

Pendant les ravages de la révolution, tous les reliquaires ont disparu. Mais le sacristain Bastide sauvera les reliques de Marie-Madeleine, de Sidoine et d’autres encore. Des bustes en bois seront ensuite sculptés pour remettre en valeur les reliques de St Sidoine, St Laurent, St Maximin, St Dominique.

 

Devant les incertitudes politiques et religieuses qui menaçaient le trésor de la Basilique en 1905, les prêtres ont mis dans une boîte en zinc ces reliques qui viennent d’être retrouvées ! Les bustes dorés sont toujours dans la sacristie, mais sans les reliques qu’ils contenaient. Le fichier « Histoire des reliques de St Sidoine » détaille tout cela à partir des documents historiques.

 

Monseigneur Rey a célébré publiquement l’ «élévation des reliques » de St Sidoine au cours de la grand-messe du 20 juillet 2014 à la Basilique Sainte Marie-Madeleine à St-Maximin.

P. Florian Racine